• -10% dès 90€ d’achat TTC sur tout le site
  • -25% dès 99€ d’achat TTC sur tout sauf les toiles et châssis
  • -15% sur les toiles et châssis dès 99€ d’achat TTC

Frais de port gratuits dès 90€ d’achat net de remises

Pourquoi et comment préparer son support avant de peindre

Pourquoi et comment préparer son support avant de peindre
14 mars 2018 Leroux
Photo de supports toile

Pourquoi préparer son support avant de peindre est-il un travail indispensable et très important ?

Tout simplement pour avoir une conservation optimale de votre peinture dans le temps. Quel que soit le support que vous utilisez, bois, toile, carton, papier marouflé, métal, pierre, chacun demande des préparations aux recettes particulières.
Dans cet article, nous nous concentrerons sur la préparation du support toile.

Deux étapes sont nécessaires

L’encollage

Il est indispensable, contrairement à l’enduction. Il protège la toile de la couche picturale qui, sans encollage, brûlerait et s’oxyderait . Il prévient également de l’humidité et des bactéries, évitant ainsi craquelures, moisissures et déformations de votre tableau. De plus, l’encollage uniformise le support et permet une bonne accroche des couches suivantes (enduit ou peinture).

L’enduction

L’enduit est appliqué sur l’encollage sec. Il est couvrant et permet d’uniformiser la surface à peindre. Le liant utilisé pour l’enduction est souvent identique à celui utilisé pour l’encollage. Selon l’effet recherché, il est possible de lui créer un effet de texture.

Il existe plusieurs produits pour préparer son support : les préparations modernes (acrylique, vinylique, Caparol, etc…), et les préparations traditionnelles  (colle de peau de lapin, de poisson, caséine, etc…). Nous présenterons ici les produits les plus couramment utilisés.

1ère étape – L’ENCOLLAGE

Au liant acrylique

Il est composé de résine soluble dans l’eau, irréversible une fois sec. Il est simple d’utilisation, très résistant et s’applique sur tous les supports. Il suffit de rajouter quelques volumes d’eau afin de le fluidifier. Appliquez la préparation avec une large brosse (spalter en soie de porc) sur les 2 côtés du support afin de le protéger complètement des attaques extérieures. Plusieurs couches peuvent être nécessaires.

→ matériel utilisé: Enduit acrylique universel (gesso)

A la colle de peau de lapin

Elle se présente en grains ou en plaque (au pouvoir collant plus fort).
Recette : Faites gonfler 100 g de colle de peau en grains (50 à 60 g pour celle en plaque) dans 1 litre d’eau pendant 2 heures. Cette colle de base peut se conserver 2 semaines environ au réfrigérateur. Mélanger et faire tiédir au bain marie jusqu’à complète dissolution. Ne pas la faire bouillir. Cette encollage, pour être efficace, s’applique chaud sur la toile. Une couche suffit. Laisser sécher tranquillement.

→ matériel utilisé: Colle de peau de lapin en grains  et colle de peau en plaques

2ème étape – L’ENDUCTION

L’enduction acrylique

étape de l'enductionSoit au gesso (enduit déjà tout prêt), soit en procédant au mélange suivant.

Recette : craie (appelée aussi Blanc de Meudon ou d’Espagne) ou blanc de lithopone ou de titane pour plus de luminosité

+ liant acrylique en volume égal

+ eau.
Mélangez le tout jusqu’à ce que vous obteniez la consistance souhaitée.
Faites chauffer votre préparation au bain marie et appliquez chaud. Mieux vaut passer plusieurs couches fines plutôt qu’une seule épaisse. En général, deux couches sont suffisantes. Pour une surface totalement lisse, poncez l’enduit sec. Mais vous pouvez aussi obtenir des effet de texture en appliquant l’enduction avec des outils particuliers (couteaux, brosses dures …) ou en y intégrant toutes sortes de matériaux telles que de la poudre de marbre, de la silice …

→ matériel utilisé: Enduit acrylique universel (gesso)   Pigment Blanc de Lithopone   Pigment Blanc de Titane

L’enduction traditionnelle maigre

Recette : mélangez en proportions égales : de la craie (appelé aussi Blanc de Meudon ou d’Espagne) ou du blanc de lithopone ou de titane pour plus de luminosité et de la colle de peau de lapin (voir recette ci-dessus). Versez la charge dans la colle chaude et mélanger bien jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse, sans bulles d’air ni grumeaux. Appliquez votre préparation chaude. Ne mettez pas plus de trois couches.

→ matériel utilisé: Pigment Blanc de Lithopone   Pigment Blanc de Titane   Colle de peau de lapin en grains  et colle de peau en plaques

L’enduction à l’huile

Mélangez en proportion égale du blanc de lithopone ou de titane, de l’eau, de la colle de peau et un 1/2 à 2/3 de volume d’huile de lin cuite. Mais attention, car une toile préparée ainsi ne peut pas être roulée, et  vous ne pourrez  peindre qu’à l’huile afin de respecter la règle du gras sur maigre.

→ matériel utilisé: Pigment Blanc de Lithopone   Pigment Blanc de Titane   Colle de peau de lapin en grains  et colle de peau en plaques

LES TROIS RÈGLES A RESPECTER

  •  Toujours appliquer les préparations (encollage ou enduction) tièdes-chaudes (mais pas bouillantes).
  • Attendre, avant de mettre une couche supplémentaire, que la précédente soit bien sèche.
  • Sur une enduction à l’huile, vous ne pourrez peindre qu’avec de la peinture à l’huile.

2 Avis

  1. Pascal Catherine .... de la Sicile ! 1 semaine ll y a

    Pour la colle de peau , que j’utilise depuis environ 30 ans , mon poucentage est différent du votre , moi je le fait à 90 grs de colle en granulés pour 1 kg d’eau et je ne vois pas pourquoi vous dites qu’il faut se limiter à 3 couches ….. au contraire , vous pouvez le découvrir dans les icônes et si on a besoin de ciseler , il faut une bonne épaisseur

    • Auteur
      Leroux 2 jours ll y a

      Bonjour,
      tout d’abord merci pour l’attention que vous avez portée à notre article.
      En tant que restauratrice de tableaux et copiste, je donne des recettes basiques que j’utilise dans mon atelier depuis de nombreuses années. Ainsi je peux en garantir la fiabilité.
      Les quantités de colle de peau varient en fonction de son conditionnement (en grains ou en plaque) et de sa qualité. Pour le nombre de couches, vous avez effectivement raison. Je conseille, à titre indicatif, pas plus de 3 couches afin d’éviter tous soucis éventuels de surpoids ou de craquelures si la préparation devait manquer d’élasticité. Dans la pratique si on veut une surface parfaitement lisse (sans aspect de surface donné par le support toile, bois, métal…) il est tout à fait possible de mettre plus de 3 couches. Cependant, je conseille de poncer entre chaque nouvelle application. Il y également la technique du ciselage dont vous parlez qui nécessite également une épaisseur plus importante. En fait, je pense fournir une recette de base simple à réaliser, que tout à chacun éprouvera et sera libre d’adapter en fonction de ses besoins picturaux.
      Merci beaucoup pour vos informations. La recette que vous nous transmettez, j’en suis sûre, donnera des renseignements utiles aux artistes.
      Bien cordialement.
      Perrine … de Joigny 😉

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*